Architecture écologique : les bonnes idées encore peu répandues

S’il est une définition de l’architecture durable sur laquelle s’accordent les associations écologiques et les architectes soucieux de l’environnement, c’est tout d’abord qu’elle doit consommer le moins d’énergie possible, ne causer aucune pollution, se servir de matériaux naturels et offrir à l’occupant des conditions de confort et de salubrité supérieures. Ce genre de construction, qui a d’indéniables avantages, n’est cependant pas une discipline à part qui ferait concurrence à l’architecture classique. Il s’agit bien plutôt d’un courant d’idées, d’une tendance de style qui n’est pas tout à fait déterminée par l’économie de marché. En effet, la particularité de ce mode d’édification est qu’il repose principalement sur l’arrangement technique, l’exclusion des matériaux les plus communément employés, l’utilisation optimale des matières premières et la gestion des ouvrages. Si la construction durable présente un réel intérêt économique pour les habitants, il n’en est pas de même pour les constructeurs et promoteurs. Le MGBC (Morocco Green Building Council), réseau fédérateur d’associations militant pour l’architecture écologique, et qui promeut efficacement la construction durable, tâche à corriger les idées préconçues des prestataires, entre autres actions. L’investissement dans ce style de bâtiment a beau être important, néanmoins la baisse du montant des factures d’électricité, et d’autres avantages énergétiques, assurent dans la plupart des cas un amortissement rapide des placements.  


Les certifications du respect écologique



L’un des aspects auquel les constructeurs accordent le plus d’importance est le choix des matériaux, déterminé par leur rareté ou leur abondance, et par leur effet sur l’environnement. Ces conditions réunies, les décideurs s’assurent ainsi de la durabilité des ressources exploitées (le bois, la paille, la laine de verre, les matériaux recyclés, etc.) et de la nullité des conséquences environnementales, relatives par exemple à l’émission du dioxyde de carbone. Outre ces règles scrupuleuses, une étude de certification environnementale est effectuée, sorte de marque de garantie et de régulateur de marché. Elle permet d’analyser en dernier ressort la conformité du bâtiment aux buts et principes écologiques. Il s’agit plus exactement d’un document à validité internationale, et comprenant plusieurs milliers de règles normatives, en rapport à l’accessibilité, à l’acoustique, à la sismique, au mode de chauffage, au positionnement, à l’éclairage, etc. Toutes, bien entendu, ne sont pas obligatoires.  


Quelques spécificités de l’architecture durable
 


Le besoin de réduire la consommation d’énergie stimule l’ingéniosité des architectes qui peuvent compter sur des procédés inventifs et nombreux. Tout d’abord il est indispensable d’employer des matériaux à faible conductivité thermique, tels que la brique de chanvre, la laine de mouton, la laine de verre,  ou la fibre de bois, etc., toutes utilisées à des fins d’isolation d’habitat. Elles renforcent le système de ventilation et de chauffage, de même que la situation et la direction du bâtiment, la répartition de ses ouvertures favorisent l’économie énergétique. Les bâtiments anciens, à l’égard de toutes ces conditions, sont en général un bon exemple.
Les fenêtres sont un élément délicat de ces systèmes d’édifications, en ce qu’elles évacuent la chaleur, et rompent leur uniformité thermique. Leur situation doit générer la lumière de façon optimale. Les cellules photovoltaïques ou solaires constituent également une excellente alternative pour alimenter les demeures. L’un de nos architectes, Youssef Derouich, a fait l’une de ses spécialités de ces techniques solaires actives.

Liste des architectes Marocains

Les derniers articles

Annuaire des architectes au maroc

Monarchitecte est le premier annuaire en ligne des architectes au Maroc. Trouver un architecte à Casablanca, architecte rabat, architecte à marrakech et tout le Maroc.